logo winerepublik Achetez nos vins sur l'e-shop

Le vin bio serait aussi bon pour l’emploi selon une étude

Selon une réalisée par Inra/Sup Agro Montpellier pour l’association interprofessionnelle SudVinBio, les viticulteurs de vin bio emploieraient proportionnellement plus de salariés que la viticulture traditionnelle, salariés qui seraient par ailleurs mieux formés,

Sur les 558.000 emplois de la filière vin en France environ 10% seraient consacrés au secteur du vin bio, secteur qui aurait en plus, une plus grande tendance à embaucher. Ce chiffre est d’autant plus marquant que le bio ne représente que 5% du nombre d’exploitations », a souligné Louis-Antoine Saïsset qui a présenté l’étude mardi à Paris. Précisons qu’en 2015 du point de vue de la surface, la France comptait  59.235 hectares de vignes certifiée bio,  pour un total de 750.000 hectares de vigne dans tout le pays.

Environ 34% des exploitations de vin bio ont un ou plusieurs salariés, contre environ 25% des exploitations non bio, a-t-il ajouté. Du côté des autres aspects positifs, les salariés sur les exploitations bio sont souvent plus présents : 71,5% sont employés à temps plein contre 66,8% dans le non bio et seraient aussi mieux formés, 17,8% d’entre eux sont cadres et techniciens contre 11,6% dans le non-bio.

L’étude permet de mettre en évidence que la formation à la viticulture de vin bio est assez rarement proposée aux jeunes des lycées agricoles. Elle en recense seulement 9 dans toute la France, essentiellement dans les pays de Loire (3), en Alsace (1), dans le Jura (2) et dans le sud-est de la France (3). La Bourgogne, la Champagne et Bordeaux sont à la hauteur de leur réputation de mauvais élèves du bio en ne proposant aucune formation.

« L’exploitation bio demande beaucoup de technicité et de main d’oeuvre, c’est une viticulture basée sur l’humain et la compétence, qui demande une implication plus importante, car la nature ne reproduit pas deux fois le même schéma, et il faut que nous nous adaptions à chaque fois en remplaçant les produits phyto-sanitaires par des actions manuelles« , précise M. Guiraud

Pour ceux qui cherchent du travail sachez qu’actuellement, la viticulture manque de tractoristes, capables de conduire les appareils qui assurent le désherbage.

 

=> trouver des vins bios sur Wine Republik

Sources AFP

crédits photo : Régis colombo

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WRK_Shop
¤