logo winerepublik Achetez nos vins sur l'e-shop

Qu’est ce qu’on boit avec un beau poireau ?

Êtes-vous comme Néron connu pour être « porrophage » ? A savoir passionné par le poireau ? Non ? Alors il serait peut-être temps de vous y mettre, car c’est la saison. On n’en mange pas souvent, et pourtant…en fondue, à la vinaigrette, ou encore en quiche, on vous le promet c’est un régal !

Avec une fondue

Pour la fondue, nous vous conseillons un vin blanc sec léger, agréable et non boisé, au nez d’agrumes et à la bouche vive qui viendra réveiller tout ça, tel un Mas des Chimères.

Avec un poireau vinaigrette

Pour un poireau vinaigrette, un peu plus agressif en bouche, apportez de la volupté avec un joli chardonnay du Domaine de la Pinte.

Avec la quiche au poireau

Enfin, pour réussir son accord mets vin avec une quiche aux poireaux, on n’hésite pas à regarder du côté des vins blancs secs fruités et ronds, tel qu’un Pouilly Fumé de Pascal Jolivet dont les notes végétales et l’intensité du fruité souligneront parfaitement le goût du poireau. Sinon, côté Bourgogne on peut imaginer servir un Hautes Côtes de Beaune « Le MontBatois », du Domaine Dubois, dont la rondeur va s’accorder à merveille avec le moelleux de la préparation à base d’oeufs. Le côté fruité va également souligner les arômes du poireau.

Si votre quiche est servie en plat principal, vous pouvez choisir de boire un vin rouge souple, comme le Beaujolais Village, de Philippe Vermorel.

 

De manière générale, on vous conseille de vous tourner plutôt du côté des vins jeunes.

 

Chardonnay
Chardonnay " Fonteneille" - Domaine de la Pinte

Robe jaune pâle. Nez caractérisé par des arômes d’anis, de miel, d'agrume, et de noisette…Bouche en rondeur suivie d’une belle fraîcheur, le fruité est bien présent ; la finale minérale et acidulée.

Le Blanc - Mas des Chimères
Le Blanc - Mas des Chimères

Le Mas des Chimères nous signe un vin blanc virevoltant, libre et sans concession.

Beaujolais Village - Domaine de Rochemure
Beaujolais Village - Domaine de Rochemure

Et glou et glou et glou ! On ne peut plus s’arrêter. Un gamay qui retrouve des couleurs pour redonner la soif d’aimer le Beaujolais.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *