logo winerepublik Achetez nos vins sur l'e-shop

La différence entre le Champagne et le Crémant

Bientôt la fin d’année et nous n’aurons bientôt plus que des bulles dans la bouche. C’est le moment où se bagarrent les grandes marques de Champagne mais aussi les petits producteurs pour grappiller des parts de ce marché ultra concurrentiel. Et il l’est d’autant plus qu’il n’est plus rare de voir des sommeliers préférer à ces bulles onéreuses, une effervescence venue d’autres régions moins cotées sous des appellations comme le crémant.

Pour bien comprendre ce qui se cache derrière toute cette agitation, nous avons interrogé Matthieu Dangin qui produit avec sa famille aussi bien du Champagne que du Crémant. Explications

Quelle est la différence entre Crémant et Champagne ?

Matthieu Dangin : « Avant tout ils ont un point commun, ils sont élaborées selon la méthode champenoise (ou méthode traditionnelle). C’est à dire qu’il y a en plus de la fermentation alcoolique, l’ajout d’une liqueur pour activer une seconde fermentation.

En ce qui concerne les différences, la première d’entre elles vient de la région de production des raisins…L’unique région de production pour le champagne est…la Champagne, avec surtout les départements de la Marne et l’Aube. Pour les Crémants, il y a une diversité bien plus importante (Bourgogne, Loire, Alsace, Bordeaux….).
La seconde différence tient aux cépages utilisés, 7 en Champagne (pinot noir et meunier, chardonnay, arbane, petit meslier, pinot blanc et pinot gris). Pour un crémant, il n’y a pas vraiment de limite à la diversité, puisque le choix des cépages dépend de chaque région productrice. »

Qu’est que cette différence de cahier des charges nous dit sur la qualité ?

Matthieu Dangin : « Pour faire simple, on peut dire qu’en Champagne il y a une plus grande « uniformité ». Je mets des guillemets car il y a autant de champagnes différents que de producteurs. Mais en Crémant, les différences sont exponentielles, du fait de la multitude de régions, de producteurs, de cépages, et de terroirs… c’est pourquoi, selon moi, il n’est pas juste de faire des généralités sur les Crémants. »

Un dernier conseil pour faire le tri parmi toutes les propositions de bulles ?

Matthieu Dangin : « Le mieux c’est de goûter, de déguster, de trouver les vignerons qui travaillent bien…Il arrive d’ailleurs souvent qu’en dégustation à l’aveugle, certains ne fassent pas la différence. Cela montre que la frontière entre Crémant et Champagne n’est pas si nette, il suffit de consulter les palmarès des concours de vin effervescents pour s’en convaincre.

Il y a donc de très bons champagnes et de très bons crémants, et comme il y a une multitude d’occasion de boire des bonnes bulles, le mieux est de varier les plaisirs ! »

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *