logo winerepublik Achetez nos vins sur l'e-shop
rosé

4 choses à savoir sur le rosé

La couleur du vin rosé recèle encore pour beaucoup une part de mystère. Cette couleur indéfinissable qui s’étire du rose presque transparent, cher aux rosés de Provence qui symbolise pour beaucoup par cette teinte fraîche, la boisson idéale pour se désaltérer au bord du piscine, peut aller jusqu’à un rosé corail intense presque rouge. Les spécialistes pour en décrire toutes les subtilités ont imaginé un nuancier qui s’étire sur 9 couleurs. Alors qu’est-ce qui explique une telle différence ? La réponse en 4 points faciles à comprendre.

#1. Un vin rosé, c’est un mélange de vin blanc et de vin rouge ?

Essayez de réaliser ce mélange et vous obtiendrez une couleur rosée mais le goût n’aura rien à voir, il se rapprochera plus d’un rouge dilué. L’unique région qui peut tenter ce type d’expérience, c’est la Champagne ! Oui, dans cette contrée de l’effervescent, le champagne rosé peut-être obtenu par ajout de vin rouge.

Dans tous les autres cas d’élaboration, il est interdit de pratiquer cette méthode qui fera de vous un fraudeur de haut vol. Le rosé c’est donc un monde à part, qui comme tous les mondes se divise en deux : d’un côté le rosé à pressurage direct et de l’autre le rosé de saignée.

 

#2. Tout savoir sur les rosés de pressurage (couleur pâle)

Principalement élaborée dans les zones méridionales sur le pourtour méditerranéen, cette technique consiste à pressurer directement les raisins noirs (peau noire et pulpe blanche). Les raisins sont pressés dès leur arrivée à la cave pour ne pas laisser le jus en contact avec la peau ce qui donnerait des rosés trop foncés. Ainsi séparés rapidement des matières solides, les jus commenceront leur transformation en vin, c’est l’étape de la fermentation.

Pour les rosés à pressurage direct, on cherche à récolter le raisin possédant une belle acidité et peu de couleur pour obtenir une bouche et des arômes frais, fruités et croquants. Ces rosés font depuis des années, le succès de la Provence qui garnissent l’été venu les tables du monde entier. Leur robe d’un rose pâle, véritable symbole de fraîcheur estivale, est devenue la référence pour tous les fabricants de rosé qui cherchent à en imiter la teinte si caractéristique.

 

#3. Et sur les rosés de saignée (vin de couleur rose soutenue)

Il faut avouer, parfois, la couleur de ces rosés peut déconcerter, d’un rose très soutenu, on tend parfois vers le fluo, c’est pourtant dans cette famille que l’on trouve des rosés très puissants et complexes. Produit principalement dans l’arrière-pays méditerranéen, ils sont plus colorés et plus gras. Contrairement aux rosés à pressurage direct, la fabrication de ces rosés consiste à laisser macérer le jus clair au contact des peaux afin qu’elles apportent une coloration plus soutenue.

Toute la difficulté est de ne pas laisser macérer trop longtemps (maximum 24h) au risque de « basculer » sur des goûts de vin rouge. Une fois la couleur désirée obtenue, le vigneron sépare la partie liquide de la partie solide (il saigne la cuve) d’où « rosé de saignée ». Ensuite tout comme les rosés à pressurage direct, ils subiront la fermentation alcoolique.

Avec ce type de rosé les vignerons cherchent à obtenir un vin plus mature sur la rondeur et plus marqué par les fruits rouges.

 

#4.Quel rosé choisir ?

Le rosé de pressurage direct reste de loin le plus répandu, il déboule dès les premiers jours de printemps et accompagne parfaitement apéro de fin de journée, barbecue, on cherche alors le plaisir comme avec les rosés de Provence, dont Jean Simonet et son fameux Grand Boise sont les parfaits représentants. Pour accompagner des plats travaillés, allez voir du côté de chez Gérald Damidot en Bandol, ou du Mas de la Dame, où Caroline et Anne proposent un magnifique Rosé du Mas, qui donnent au rosé de pressurage ces lettres de finesse.
La gastronomie c’est également le terrain de prédilection du rosé de saignée comme ceux proposés par Michel Cortellini de Rouge Garance, ou encore Philippe Benezet du Domaine de Turenne où les notes d’agrumes, d’abricot, de miel confèrent à ces rosés subtilités et complexité.

 

Entre convivialité et fraicheur, complexité et finesse, le rosé est un vin qui mérite d’être découvert ou redécouvert. Les beaux jours qui approchent, seront une belle excuse pour se laisser tenter par cette diversité de plaisirs proposée par nos talentueux vignerons.

 

Château Grand Boise rosé - 2016
Château Grand Boise rosé - 2016

Un rosé qui fait grand bruit. Il arrive à tutoyer les cadors de l’appellation. On comprend mieux l’engouement une fois que l’on a mis le nez dans le verre. Big Pink !

Les Terres Basses Rosés - Château Laballe
Les Terres Basses Rosés - Château Laballe

Une belle robe rose pastel, un nez subtil et intense sur des notes de bourgeon de cassis. L’attaque en bouche est fraîche et minérale avec une belle longueur en bouche.

L'audacieuse 2015 - Château de la Selve
L'audacieuse 2015 - Château de la Selve

L'audace c'est d'avoir fait un rosé qui à la puissance d'un rouge tout en gardant sa fraîcheur originelle. Une belle expérience.

Rosé du Mas 2015 - Mas de la Dame
Rosé du Mas 2015 - Mas de la Dame

Quelle gourmandise dans ce rosé scintillant ! Il converse à merveille avec votre palais et saura donner la réplique au poisson de roche. A partager !

La Cuvée Camille  - Domaine Turenne
La Cuvée Camille - Domaine Turenne

Magnifique cuvée Camille du Domaine Turenne. Un vin bio polyvalent pour les amateurs de rosés de Provence fruités et frais.

Rosé de Garance - Domaine Rouge Garance
Rosé de Garance - Domaine Rouge Garance

Un rosé tactile qui offre un plaisir pulpeux relevé d'une pointe d'épice douce. Ce genre de rosé qui prend la place des anisés les fins de journée d’été, et plus si affinité.

A lire également

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WRK_Shop
¤